Motion adoptée à l'unanimité lors de l'AG enseignant-es chercheure-es et enseignant-es du Département ASIE du 9 octobre - Section SNESup Lyon 2

Section SNESup Lyon 2

Accueil > Echo des composantes > Motion adoptée à l'unanimité lors de l'AG (...)
Syndicalisation
Recherche
Syndicalisation
S'abonner à la liste de diffusion de la section locale du SNESup Lyon 2

  • Liste de diffusion

Motion adoptée à l’unanimité lors de l’AG enseignant-es chercheure-es et enseignant-es du Département ASIE du 9 octobre

Avant de se rendre collectivement à une première réunion d’information et d’échange sur la situation avec les étudiant-es, les enseignant-es-chercheur-es et enseignant-es du département ASIE réuni-es en AG constatent que :

  • malgré les signaux régulièrement adressés depuis la rentrée et malgré quelques avancées notables, une partie des cours de pratique ne peut encore avoir lieu : les demandes pourtant minimales en locaux et matériels n’ont pas été entendues ;
  • le budget ainsi que la taxe d’apprentissage ont été sans discussion, et sans que le doyen soit informé, confisqués au mépris 1. des besoins impératifs du département 2. du respect de nos engagements vis-à-vis des partenaires qui versent la TA à nos formations pour accompagner la professionnalisation de nos étudiant-es. Or, le principe d’une contribution réduite de la TA reversée au pot commun, selon un principe de solidarité, de l’université avait été accepté, préalablement, à l’unanimité par le département ;
  • le mépris, la suspicion qui règnent à leur égard depuis la rentrée tant de la part de l’équipe présidentielle que de certains services centraux, le mode brutal, culpabilisateur et infantilisant employé.

En conséquence, ils / elles s’adressent solennellement désormais au Président de l’Université afin qu’il opère les arbitrages nécessaires au rétablissement normal de notre offre de formation et du fonctionnement démocratique de l’Université. Ils / elles demandent qu’en urgence soient apportées des réponses aux points soulevés :

  • un échéancier précis et à court terme quant à la satisfaction des besoins (pourtant déjà plusieurs fois actée) en matière de locaux et de matériels (cf. liste ci-dessous),
  • le rétablissement de la souveraineté budgétaire du département notamment pour l’affectation de la Taxe d’apprentissage collectée par le département,
  • la fin du fonctionnement autoritaire et infantilisant mis en place depuis la rentrée ainsi que du double discours simultanément élogieux et humiliant. Le département très largement sous-doté en EC et administratifs ne fonctionne que grâce à l’investissement des EC, des enseignant-es vacataires et des administratifs. Sa reconnaissance à l’échelle régionale, nationale et européenne est le fruit d’un engagement qu’il serait bon que l’Université reconnaisse concrètement.

Une prochaine AG, réunissant étudiant-es et enseignant-es, aura lieu jeudi prochain et avisera en regard des réponses apportées.

Le 9 octobre 2014
Suivre la vie du site  RSS 2.0   |   SPIP   |   Valid XHTML 1.0 Transitional