Fermeture administrative et rattrapage des cours : de qui se moque-t-on ? - Section SNESup Lyon 2

Section SNESup Lyon 2

Accueil > Actualités nationales et locales > Au niveau local > Fermeture administrative et rattrapage des (...)

Fermeture administrative et rattrapage des cours : de qui se moque-t-on ?

A la suite du « lock-out » organisé les 17 et 18 mars par l’équipe présidentielle de l’université Lyon 2, certains enseignants titulaires et vacataires ont eu la mauvaise surprise de recevoir un mail les appelant à « récupérer les heures non effectuées » durant cette fermeture administrative, ces heures étant donc considérées comme non faites. Il faut noter que ce mail émane de la DRH, qui se retrouve donc à devoir assumer les conséquences d’une décision inique que l’équipe présidentielle, laquelle n’a pas jugé utile de débattre avec les directions de composantes ou de communiquer elle-même.
Le SNESup dénonce le caractère inadmissible de la position présidentielle et appelle l’équipe en place à assumer les conséquences de sa décision unilatérale de fermeture. Il ne peut être envisagé de contraindre ces enseignants à rattraper les heures non effectuées.
La fermeture administrative des 17 et 18 mars n’était pas de la responsabilité des enseignants qui n’ont pu que constater leur impossibilité d’assurer leurs cours. Demander après coup aux enseignants de rattraper ces heures au lieu de les considérer comme service fait relève du coup de force et de l’incohérence.
Le SNESup demande donc instamment et urgemment à l’équipe présidentielle de déclarer, pour les titulaires comme pour les vacataires, les heures non effectuées comme faites (et, par conséquent, de considérer comme des heures complémentaires les heures qui seraient éventuellement ajoutées par les enseignants, si tant est que cela soit possible dans le calendrier contraint des semaines de cours).

Rappel de la chronologie

Le jeudi 17 mars, à 10h29, le mail suivant, émanant du président de l’université Lyon 2, parvenait à l’ensemble des personnels et signifiait la fermeture des deux campus :

« Mesdames, Messieurs,
Suite au blocage qui se déroule actuellement sur le campus Porte des Alpes, et les dégradations commises, nous ne sommes plus en mesure d’assurer la sécurité des usagers et des personnels. Par conséquent, et afin d’éviter tous débordements supplémentaires, les deux campus sont fermés pour le reste de cette journée. Les usagers et les personnels sont invités à rentrer chez eux, et les cours ne seront plus assurés aujourd’hui. Les agents de prévention et sécurité vont procéder à une évacuation progressive des deux campus. Des informations vous seront transmises au cours de la journée, par mail et sur les réseaux sociaux.
Merci de votre compréhension,
Jean-Luc MAYAUD
Le Président de l’Université Lumière Lyon 2
 »

Le soir même, à 20h49, un second mail précisait le périmètre temporel de cette fermeture :

« Mesdames, Messieurs,
Suite au blocage du campus Porte des Alpes, organisé dès l’ouverture ce jeudi 17 mars par les étudiants contestant la loi El Khomri, la Présidence de l’Université Lumière Lyon2 a jugé ne plus être en mesure d’assurer la sécurité des usagers et des personnels.
Par conséquent, et afin d’éviter des débordements supplémentaires, voire d’éventuels affrontements entre étudiants, les deux campus ont été fermés administrativement pour le reste de la journée. L’ensemble des activités d’enseignement et de recherche a été annulé et les usagers et personnels ont été invités à quitter les lieux universitaires.
Seul le souci du maintien de la sécurité des usagers et des personnels, et celui de la préservation des outils de travail ont décidé cette fermeture préventive de l’établissement, afin de ne pas laisser déraper une situation qui, depuis quelques jours, perturbait son fonctionnement.
L’Université Lumière Lyon 2 entend rester un lieu de débat et de liberté d’expression, mais refuse de cautionner des modes de revendication contraires à ses valeurs, ses convictions. Elle entend pouvoir ré-ouvrir ses campus dans les plus brefs délais et souhaite le retour d’un climat apaisé.
La Présidence de l’Université invite les représentants du mouvement à constituer une représentation inter-syndicale afin de venir négocier lundi les conditions de mobilisation dans l’établissement, tout en garantissant le bon fonctionnement de celui-ci.
La reprise des cours se fera pour l’ensemble de l’Université lundi matin 21 mars. En revanche, dès demain, vendredi 18, les campus seront ouverts à l’ensemble des personnels des services centraux et généraux, des composantes et des structures de recherche (cf plan d’accès : http://sites.univ-lyon2.fr/polecom/docs/plans_ouverture20160318.pdf )
L’accès aux bibliothèques sera également rétabli pour les usagers dès ce vendredi.
Jean-Luc MAYAUD
Président de l’Université Lumière Lyon 2
 »

Enfin, le 18 mars, plusieurs composantes répercutaient aux personnels le message suivant, émanant de la DRH :

« Comme suite à mon précédent message, et contrairement à ce que j’ai pu avancer, je vous communique la position de l’équipe présidentielle concernant les enseignements planifiés sur les journées des 17 et 18 mars 2016.
En effet, les cours ne sont pas réputés effectués pour les enseignants (titulaires et vacataires). Ils devront donc être récupérés (sans possibilité de paiement d’heures complémentaires pour les titulaires) pour être rémunérés.
Les U.F.R. devront prendre les dispositions utiles pour s’assurer que cette consigne soit respectée.
 »

Suivre la vie du site  RSS 2.0   |   SPIP   |   Valid XHTML 1.0 Transitional