Démantèlement de filières et concurrence interne - Section SNESup Lyon 2

Section SNESup Lyon 2

Accueil > Echo des composantes > Démantèlement de filières et concurrence (...)
Syndicalisation
Recherche
Syndicalisation
S'abonner à la liste de diffusion de la section locale du SNESup Lyon 2

  • Liste de diffusion

Démantèlement de filières et concurrence interne

L’université Lyon 2 programme le démantèlement de filières en favorisant des pratiques de concurrence interne

La section SNESup Lyon 2 souhaite réagir vivement aux propos tenus par le VP CA/Finances Pierre-Yves Péguy lors du CA du 22 novembre dernier, reproduits dans le dernier communiqué de la liste CEC (le passage-clef est souligné en rouge) :

« Une deuxième partie (B) consacrée à des questions budgétaires et à différentes conventions patrimoniales. Les avis du CEVU donnant lieu à discussions au sein de cette partie du CA avaient trait à la création d’un parcours L1 et L2 de sciences de l’éducation, parcours inexistant actuellement dans le cadre de la L3 « suspendue » de Sciences de l’éducation. Ce point n’était pas indépendant de la demande de fermeture du couple Sciences du langage et Sciences de l’éducation et de la formation en L1 par LESLA mais pour lequel le CEVU avait émis une délibération défavorable. Sur la base des éléments que Nicolas Chaigneau, ancien VP CEVU lui avait transmis, dans le souci de la continuité de service de l’établissement, Pierre-Yves Péguy, VP CA/Finances a pu donner des éléments explicatifs sur ces deux dossiers et pour lesquels le CA a voté favorablement. Il a été souhaité que les collègues de LESLA qui assuraient le parcours de Sciences du langage soient mobilisés par l’ISPEF afin d’éviter éventuels sous-service . »

Rappelons brièvement que dans le cadre de la mise en place des ESPE, la présidence actuelle a favorisé l’organisation d’un parcours « Langage et éducation » par l’ISPEF. La section SNESup Lyon 2 veut croire que les élus du CEVU, qui ont entériné ce parcours lors de la séance du 15 novembre dernier, n’ont pas bien perçu l’incohérence totale d’un tel projet, tant sur le plan comptable que sur le plan pédagogique. L’ISPEF souhaite en effet organiser un parcours composé d’enseignements de Sciences du langage (SDL), et ce avec en tout et pour tout un enseignant-chercheur qualifié en 7e section (SDL). En retour, ce parcours programme mécaniquement la chute des effectifs de SDL, et mettra inéluctablement ses enseignants en situation de sous-service. En prévision de quoi, la présidence, par la voix de P.-Y. Péguy, exhorte à présent les enseignants de SDL d’aller donner des cours… dans le parcours qui aura mis à bas leur département. Un tel cynisme ne confine-t-il pas au sadisme ?

La section SNESup Lyon 2 demande solennellement à la présidence d’expliquer publiquement sa politique d’établissement en matière d’organisation des filières. D’un côté, on part à la « chasse aux doublons », et d’un autre, on en crée de nouveaux, sans aucun souci de cohérence pédagogique. Et de façon parfaitement artificielle, on organise la destruction d’une filière dont M. Péguy n’hésite pas à parler déjà au passé (on notera l’imparfait assuraient dans le passage en rouge).

Cette affaire offre à nouveau le spectacle d’une politique d’établissement menée à vue par une présidence divisée et totalement dépassée par les événements. Après avoir à maintes reprises apporté la preuve de son incapacité à préserver les intérêts de notre université dans un contexte déjà difficile, voici à présent qu’elle fait le choix délibéré de saborder ses propres filières !

Suivre la vie du site  RSS 2.0   |   SPIP   |   Valid XHTML 1.0 Transitional